Great Poetry Circle

Great Poetry Circle

About the Poetry Blog

Selection of Great Poetry and some from Tommy Stroller - choose your category - and see my other sites -
QUOTATIONS http://www.poemhunter.com/tommy-stroller/quotations/page-1/?search=
STORIES
luggage.kizuka.dk cleanop.kizuka.dk
POLITICS blog.kizuka.dk

Always For the First Time

Great PoetryPosted by Graham Thompson Mon, November 23, 2015 14:14:45

Always for the first time

Hardly do I know you by sight

You return at some hour of the night to a house at an angle to my window

A wholly imaginary house

It is there that from one second to the next

In the inviolate darkness

I anticipate once more the fascinating rift occurring

The one and only rift

In the facade and in my heart

The closer I come to you

In reality

The more the key sings at the door of the unknown room

Where you appear alone before me

At first you coalesce entirely with the brightness

The elusive angle of a curtain

It's a field of jasmine I gazed upon at dawn on a road in the vicinity of Grasse

With the diagonal slant of its girls picking

Behind them the dark falling wing of the plants stripped bare

Before them a T-square of dazzling light

The curtain invisibly raised

In a frenzy all the flowers swarm back in

It is you at grips with that too long hour never dim enough until sleep

You as though you could be

The same except that I shall perhaps never meet you

You pretend not to know I am watching you

Marvelously I am no longer sure you know

Your idleness brings tears to my eyes

A swarm of interpretations surrounds each of your gestures

It's a honeydew hunt

There are rocking chairs on a deck, there are branches that may well scratch you in the forest

There are in a shop window in the rue Notre-Dame-de-Lorette

Two lovely crossed legs caught in long stockings

Flaring out in the centre of a great white clover

There is a silken ladder rolled out over the ivy

There is

By my leaning over the precipice

Of your presence and your absence in hopeless fusion

My finding the secret

Of loving you

Always for the first time

.

Andre Breton Translator unknown


Toujours pour la première fois

C’est à peine si je te connais de vue

Tu rentres à telle heure de la nuit

dans une maison oblique à ma fenêtre

Maison tout imaginaire

C’est là que d’une seconde à l’autre

Dans le noir intact

Je m’attends à ce que se produise

une fois de plus la déchirure fascinante

La déchirure unique

De la façade et de mon cœur

Plus je m’approche de toi

En réalité

Plus la clé chante à la porte de la chambre inconnue

Où tu m’apparais seule

Tu es d’abord tout entière fondue dans le brillant

L’angle fugitif d’un rideau

C’est un champ de jasmin que j’ai contemplé à l’aube

sur une route des environs de Grasse

Avec ses cueilleuses en diagonale

Derrière elles l’aile sombre tombante des plants dégarnis

Devant elles l’équerre de l’éblouissant

Le rideau invisiblement soulevé

Rentrent en tumulte toutes les fleurs

C’est toi aux prises avec

cette heure trop longue jamais

assez trouble jusqu’au sommeil

Toi comme si tu pouvais être

La même à cela près que

je ne te rencontrerai peut-être jamais

Tu fais semblant de ne pas savoir que je t’observe

Merveilleusement je ne suis plus sûr que tu le sais

Ton désœuvrement m’emplit les yeux de larmes

Une nuée d’interprétations entoure

chacun de tes gestes

C’est une chasse à la miellée

Il y a des rocking-chairs

sur un pont il y a des branchages

qui risquent de t’égratigner dans la forêt

Il y a dans une vitrine

rue Notre-Dame-de-Lorette

Deux belles jambes croisées prises dans de hauts bas

Qui s'évasent au centre d’un grand trèfle blanc

Il y a une échelle de soie déroulée sur le lierre

Il y a

Qu’à me pencher sur le précipice

et de ton absence

J’ai trouvé le secret

De t’aimer

Toujours pour la première fois